Les News du Nord Vaudois

En collaboration avec le journal La Région.

13 juin 2017

Invictus dominera la ville fin 2017

Yverdon-les-Bains – La construction de quatre bâtiments sur l’ancien site de Landi, à l’avenue Haldimand, arrive à mi-parcours. Le chantier avance dans les temps et de nombreux appartements ont déjà trouvé un acquéreur.

Les premiers immeubles sont désormais sortis de terre. ©Michel Duperrex

Les premiers immeubles sont désormais sortis de terre.

Lancés en mai 2016, les travaux de construction sur l’ancien site de Landi, à Yverdon-les-Bains, devraient être terminés d’ici au mois d’août 2018. Nous sommes donc à mi-chemin de ce projet estimé à environ 37 millions de francs. Pour rappel, quatre bâtiments vont être édifiés sur cette parcelle. Deux immeubles de cinq et six étages, propriétés du Groupe Mutuel, abriteront 52 appartements dédiés à la location. Un espace commercial en forme de rotonde verra le jour à côté de la tour baptisée Invictus, de dix-sept étages, dont les six premiers sont destinés à des bureaux, les onze restants accueillant 29 logements.

D’après le maître d’ouvrage, Thomann Promotion Immobiliere S.A., le chantier est dans les temps. «Nous avons bénéficié d’une météo parfaite, confie le promoteur Claude-Alain Thomann. Nous avons trois semaines d’avance sur un des ouvrages et environ deux de retard sur un autre, ce qui n’est pas grand-chose.» Les sous-sols et les deux premiers niveaux de la tour Invictus, qui sera la plus haute de la ville avec ses 54 m, sont déjà achevés. «Le 31 août, nous devrions avoir fini le 6e étage et, le 15 décembre prochain, la maçonnerie devrait être terminée. La tour sera livrée en août 2018», ajoute-t-il. Et, selon ses dires, au niveau du budget, il n’y a pas eu de surprise non plus. «Ça viendra par la suite, j’imagine, car il est rare de réaliser un projet d’une telle ampleur sans le dépasser.»

 

Les couleurs à déterminer

 

Dernières images du projet final prévu sur l'ancien site de Landi. ©Dolci Architectes

Dernières images du projet final prévu sur l’ancien site de Landi.

Le promoteur doit maintenant faire valider les couleurs des quatre édifices. Un dossier devrait être déposé à la Ville ces prochains jours. Les deux locatifs, qui ont été vendus à la compagnie d’assurance maladie Groupe mutuel, seraient peints en blanc crème. Une teinte anthracite devrait recouvrir Invictus. A noter que sur les 29 logements créés dans celle-ci, coûtant entre 180 000 et 1,6 millions de francs, 24 sont déjà vendus, dont l’un des deux plus chers de la tour. Un seul des six espaces de bureau a été attribué, à l’architecte Esteban Martinez. Des discussions sont en cours avec un médecin et un avocat. Quant au bâtiment rond, il devrait être recouvert d’aluminium thermolaqué en doré. Le sort de ce dernier est d’ailleurs en train de se jouer ces jours-ci, puisque le promoteur était en discussion, hier soir, avec deux propriétaires potentiels, pour aménager soit un restaurant, soit un endroit avec plusieurs petits commerces.

Enregistrer

Enregistrer

L’article Invictus dominera la ville fin 2017 est apparu en premier sur La Région.

13 juin 2017

La BCV reprend les biens de Guignard

Yverdon-les-Bains – L’Office des faillites a adjugé les immeubles du centre d’Orbe à la Banque cantonale vaudoise. Les charges totalisent 15 millions de francs…

Les immeubles vendus hier, côté Grand-Rue. ©Jacquet-a

Les immeubles vendus hier, côté Grand-Rue.

Il a fallu à peine plus d’un quart d’heure à la préposée aux faillites de l’Office de la Broye et du Nord vaudois pour adjuger les immeubles situés rue des Remparts-Grand-Rue, en plein centre d’Orbe, propriété de Philippe Guignard, en faillite. C’est la Banque cantonale vaudoise (BCV), créancier gagiste, qui a obtenu l’adjudication pour un montant de 1,670 million de francs, correspondant à l’estimation de l’office, réalisée sur la base d’un rapport d’expertise.

Les enchères proprement dites ont duré trois petites minutes. Le temps pour un particulier de la région d’Oron de formuler une première offre à 700 000 francs, puis pour la représentante d’une société immobilière de la région de porter les enchères à 900 000 francs, avant que la représentante de la BCV ne mette fin au suspense en offrant le montant de l’estimation, qui sera payé par compensation.

Les trois immeubles ont été vendus en bloc, car les circulations et le chauffage ont été conçus comme un tout.

 

Charges énormes

 

Le plus surprenant, dans ce dossier, est l’état des charges qui, lors de la lecture des conditions de vente, a révélé un montant de près de cinq millions de francs par parcelle, soit quinze millions de francs au total. Le détail n’a pas été donné, mais il y a un cumul d’hypothèques légales et d’autres hypothèques.

Ce montant est d’autant plus surprenant que l’estimation fiscale -3 millions de francs- était déjà sensiblement plus élevée que celle de l’office.

 

Orbe attend un projet

 

La vente des immeubles, qui ont vécu le temps de la splendeur du pâtissier, ont certes trouvé preneur. Mais il n’y a pas encore de projet, au grand dam des représentants de la Commune d’Orbe, qui ont assisté à la vente aux enchères. Pour eux, il s’agit de réhabiliter au plus vite ce secteur de la Grand-Rue. Nul doute que la BCV en a conscience.

Enregistrer

L’article La BCV reprend les biens de Guignard est apparu en premier sur La Région.

13 juin 2017

Le Centre équestre d’Yverdon à l’heure de l’équitation adaptée

Sports équestres – Douze athlètes en situation de handicap ont concouru, le week-end dernier, en monte anglaise.

En photo principale, Julie Studer monte Damoza. Ci-contre, Sibille Carquillat chevauche Luxury. Les deux cavalières nord-vaudoises ont pris beaucoup de plaisir à participer au concours disputé au Centre équestre d’Yverdon. ©Champi

En photo principale, Julie Studer monte Damoza. Ci-dessus/dessous, Sibille Carquillat chevauche Luxury. Les deux cavalières nord-vaudoises ont pris beaucoup de plaisir à participer au concours disputé au Centre équestre d’Yverdon.

Le Centre équestre d’Yverdon (CEY) a accueilli la première compétition d’équitation adaptée dans le Nord vaudois, le week-end dernier. Une manifestation organisée par l’association Handynamique, sous l’égide de Special Olympics Switzerland.

Handynamique est une toute nouvelle association sans but lucratif, fondée en février dernier, et qui a pour objectif de participer à la promotion de l’intégration sociale, via le sport, et professionnelle des personnes en situation de handicap.

Douze cavaliers de toute la Suisse, dont deux évoluent au sein du CEY, Julie Studer et Sibille Carquillat, ont donc pu se mesurer dans des programmes aussi divers qu’un trail, du dressage, ou encore lors d’une course relais, sous le thème triple du dépassement de soi, de la découverte de l’autre et de la convivialité. Deux types de monte sont d’habitude proposés aux athlètes dans ce genre de compétition, à savoir l’équitation western et celle anglaise (ou classique). A Yverdon-les-Bains, seule la seconde a eu cours.

Sibille Carquillat. ©Champi

Sibille Carquillat.

Thomas Reginster, administrateur délégué d’Handynamique, a souligné que l’organisation d’une telle manifestation a nécessité une infrastructure importante : «Outre notre cellule de bénévoles, le plus grand challenge est que ces athlètes ne montent pas leur propre cheval, mais bien ceux mis gracieusement à disposition par le Centre équestre.» Puis de poursuivre : «Tous ces cavaliers présents sont en situation de handicap mental, l’un d’eux est même complètement aveugle et il accomplit ses différents programmes à l’aide d’un coach vocal, qui marche à ses côtés et l’encourage. Dans certaines compétitions, notamment internationales, des personnes sont placées à chaque lettre présente dans les carrés de dressage pour guider les participants à la voix.»

Le public venu encourager les cavaliers n’a pas regretté son déplacement et a pu voir à l’œuvre des athlètes motivés, heureux de pouvoir pratiquer une passion chevillée au corps.

Enregistrer

Enregistrer

L’article Le Centre équestre d’Yverdon à l’heure de l’équitation adaptée est apparu en premier sur La Région.

12 juin 2017

Une Journée des Communes réussie pour Chamblon et Treycovagnes

Chamblon – Les deux villages nord-vaudois ont accueilli avec enthousiasme la Journée des Communes vaudoises de l’UCV, samedi. Sous un soleil généreux, la manifestation a connu un joli succès.

Le comité d’organisation de la prochaine Journée des Communes, à Bavois le 9 juin 2018, avait fière allure dans son uniforme. ©Carole Alkabes

Le comité d’organisation de la prochaine Journée des Communes, à Bavois le 9 juin 2018, avait fière allure dans son uniforme.

L’organisation impeccable, aidée par une météo estivale, a permis aux presque 2000 participants de vivre, samedi à Chamblon, une superbe Journée des Communes vaudoises, la 108e de l’histoire. «Tout s’est bien déroulé, a commenté, soulagé, Stéphane Baudat, le syndic de Treycovagnes, qui a œuvré conjointement avec son homologue de Chamblon, Max Holzer, à la bonne marche de la manifestation. Les choses se sont tellement bien passées qu’on a dû se réapprovisionner en vin blanc durant la fête, afin d’en disposer pour le repas. Par ailleurs, ajoute encore l’édile, les invités et les gens des villages voisins ont bien joué le jeu après la partie officielle. Les sociétés locales étaient en rupture de stock de nourriture en milieu de soirée déjà. Le travail conjugué des bénévoles, de la PCi et des Paysannes vaudoises a également été déterminant dans la bonne tenue de la fête.»

 

Assemblée très bien huilée

 

L’assemblée générale s’est tenue en matinée dans la salle de gymnastique. ©Carole Alkabes

L’assemblée générale s’est tenue en matinée dans la salle de gymnastique.

Lors de la partie officielle, incarnée par l’assemblée générale, Stéphane Baudat a rappelé, dans son discours, qu’il demeurait primordial, lors de projets cantonaux, d’également consulter les petites communes. En plus de la présidente de l’Union des Communes vaudoises, Claudine Wyssa, deux autres orateurs ont pris la parole devant les 313 délégués présents, représentants 237 communes et plus de 735 000 habitants. Pierre-Yves Maillard, président du Conseil d’Etat, s’est adressé aux représentants des communes sur le thème délicat de la péréquation financière. Ses vues pour le futur proche ont notamment fait grincer quelques dents. C’est ensuite le conseiller fédéral Guy Parmelin qui s’est exprimé, rappelant que son département, le DDPS, et plus particulièrement la défense, a vu son budget fondre et ses missions se transformer.

 

Soirée publique

 

Sur le site entourant le collège, plusieurs structures éphémères ont été montées, afin d’accueillir au mieux tous les représentants cantonaux. ©Carole Alkabes

Sur le site entourant le collège, plusieurs structures éphémères ont été montées, afin d’accueillir au mieux tous les représentants cantonaux.

Après le repas, les sociétés locales de Treycovagnes et Chamblon ont pris le relais pour animer le site ouvert au public jusque tard dans la soirée. Avec un certain succès, là également. Un visiteur fréquent des journées de l’UCV a d’ailleurs relevé que «c’est dans ces moments-là que beaucoup de petites choses se règlent».

 

Et maintenant, en route pour Bavois 2018 !

 

La conseillère aux Etats Géraldine Savary avec la conseillère nationale Alice Glauser, et les deux conseillères d’Etat Nuria Gorrite et Anne-Catherine Lyon (de g. À dr.), toutes ravies de l’accueil à Chamblon, samedi. ©Carole Alkabes

La conseillère aux Etats Géraldine Savary avec la conseillère nationale Alice Glauser, et les deux conseillères d’Etat Nuria Gorrite et Anne-Catherine Lyon (de g. À dr.), toutes ravies de l’accueil à Chamblon, samedi.

Les portes de l’édition 2017 de la Journée des Communes se sont à peine refermées, à Chamblon et Treycovagnes, que les regards se tournent déjà vers l’édition suivante. Par le hasard des candidatures, la journée festive réunissant annuellement la majorité des communes du canton demeurera, un an de plus, dans le Nord vaudois, puisque c’est Bavois qui se chargera de l’accueil dans douze mois, le 9 juin 2018.

A la suite d’une présentation vidéo de bonne facture, le syndic bavoisan Thierry Salzmann a pris la parole devant l’assemblée, afin de détailler la démarche entreprise. «Notre propension à organiser des manifestations vient peut-être du fait que nous adorons faire la fête», a lancé l’édile, avant de rappeler que, «pour un village de 900 habitants, pouvoir profiter de dix sociétés locales actives s’avérait simplement fantastique.»

Plus de vingt bus postaux avaient été prévus pour déplacer une partie des invités vers les entreprises de la région, avec une visite à la clé. ©Carole Alkabes

Plus de vingt bus postaux avaient été prévus pour déplacer une partie des invités vers les entreprises de la région, avec une visite à la clé.

En 2008, Bavois avait organisé la Cantonale des Jeunesses campagnardes. Du coup, dix ans plus tard, une autre manifestation d’envergure cantonale se déroulera sur son territoire.

Enregistrer

L’article Une Journée des Communes réussie pour Chamblon et Treycovagnes est apparu en premier sur La Région.

12 juin 2017

Personne ne sera condamné

Yverdon-les-Bains – Explosion mortelle de 2011

Accusés notamment d’homicide par négligence, les deux anciens employés et l’actuel collaborateur du Service des énergies de la Ville ont été acquittés. ©Nater-a

Accusés notamment d’homicide par négligence, les deux anciens employés et l’actuel collaborateur du Service des énergies de la Ville ont été acquittés.

Le Tribunal correctionnel de l’arrondissement de la Broye et du Nord vaudois a envoyé, vendredi dernier aux parties concernées, son jugement concernant l’explosion, due au gaz, survenue dans un immeuble de la rue de Neuchâtel, le 25 octobre 2011. L’incident avait causé la mort d’une maman de 31 ans, Yassouda, et de sa fille âgée de 5 ans, Odysséa (lire La Région du Nord vaudois des 16, 17 et 18 mai). Verdict : les deux anciens employés et l’actuel collaborateur du Service des énergies d’Yverdon-les-Bains (SEY), accusés d’homicide par négligence et d’explosion par négligence, ont été acquittés. Selon la Municipalité d’Yverdon-les-Bains, des frais de procédure s’élevant à environ 4000 et 6000 francs ont été mis à la charge de deux d’entre eux. Les raisons de ce jugement seront transmises prochainement.

La Commune se dit «soulagée» que les trois hommes soient libérés. «Bien sûr, cela aurait paru plus juste que le propriétaire et la gérance de l’immeuble en question soient sur le banc des accusés, confie la municipale Gloria Capt. J’ose espérer qu’ils en ont tiré les conclusions qui s’imposaient.»

 

Commentaire

 

Si le Parquet ne fait pas appel, ce jugement pourrait enfin être le point final de cette affaire qui avait ébranlé le Nord vaudois. Résultat après plus de cinq ans de procédure : personne ne sera condamné. Pourtant, deux vies sont à déplorer.

Bien que le droit pénal a pour fonction de sanctionner les comportements fautifs et non pas le résultat qui s’en est suivi, il paraît, toutefois, étonnant d’aboutir à la conclusion que personne n’a commis de faute : ni le propriétaire, qui n’avait pas d’infrastructures en règle et qui n’a pas vérifié le travail des cuisinistes mandatés (ceux-ci avaient coupé des bouchons des conduites de gaz dans les appartements); ni la gérance qui n’a pas réagi après avoir été avertie, le jour-même de l’accident, par deux locataires de l’immeuble qu’une odeur de gaz se répandait ; ni les employés communaux, ou leurs supérieurs, soit les trois hommes fraîchement acquittés, qui n’ont pas vu qu’il y avait un problème avec les vannes.

Quand autant de «petites» fautes sont commises et reconnues, il est difficile de comprendre pourquoi ces personnes ont été libérées de toutes charges. Évidemment, le mal est fait et il s’agissait d’un triste accident. Mais devant un tel verdict final, n’est-on pas en droit de se demander si l’on n’a pas atteint les limites du système pénal… Car, loin des considérations objectives chères au droit, personnellement, en sachant tout ceci, je n’aimerais pas être à la place de celui ou de celle qui devra annoncer en personne à la famille des défuntes que c’est la faute à personne…

L’article Personne ne sera condamné est apparu en premier sur La Région.

12 juin 2017

Yverdon Sport au septième ciel

Football – Finales de 1re ligue – Le Stade Municipal a chaviré pour son équipe, promue haut la main suite à sa démonstration face à Gossau (4-0), samedi.

 

Unis, les Yverdonnois chantent à leur gloire. ©Champi

Unis, les Yverdonnois chantent à leur gloire.

«Cela fait trois ans, dont deux finales (ndlr : la première fois en 2015), que j’attends ce moment. C’est l’accomplissement d’un immense travail de tous les gens qui m’entourent. On a fait tout juste cette saison !» Mario Di Pietrantonio était aux anges, à l’heure de savourer la promotion d’Yverdon Sport, samedi, dans un Stade Municipal garni de 1014 spectateurs. Sur le terrain, les Yverdonnois n’ont pas laissé l’ombre d’une chance à Gossau, battu 4-0 (7-2 au cumulé des deux rencontres).

Après six minutes de jeu déjà, la rencontre était pliée. Alors que Gudit avait allumé la barre à la première incursion, Rushenguziminega et Moussilou ont, tour à tour, inscrit les deux premiers buts de la rencontre, s’associant avec classe sur chacune de ces superbes réussites. «Comme contre Soleure une semaine plus tôt, on voulait presser fort en début de match, racontait Quentin Rushenguziminega après les débats. On n’imaginait pas que ça allait fonctionner aussi bien.» Omniprésent, «QR19» a même réussi un doublé, profitant d’un excellent service de Deschenaux, à la demi-heure de jeu, pour inscrire le 3-0. Premier buteur d’YS cette saison, Gauthier a également fini le travail. L’attaquant entré à l’heure de jeu a scellé le score à la 88e, après avoir fait preuve de rage et de malice pour remporter son duel à l’épaule avec un défenseur saint-gallois. A vrai dire, les visiteurs n’ont eu qu’une véritable occasion de but, à la 26e (tir trop enlevé de Van der Werff, seul à neuf mètres). Pour le reste, ils n’ont pas existé.

 

«La promotion d’un groupe»

 

Devant son public, YS est allé chercher l’ascension en patron. «On a continué à jouer. On est revenus sur le terrain en 2e mi-temps pour la gagner. On n’a jamais calculé, poursuivait Quentin Rushenguziminega, qui a évolué en soutien de Moussilou, samedi. C’est la promotion d’un groupe entier. Le projet a commencé en juillet dernier. Une saison est longue, il y a des blessés, des joueurs moins en forme par moments, mais tout le monde a participé. Surtout, ceux qui se sont retrouvés sur le banc ont continué à soutenir les autres. Et ça, c’est primordial.»

Les hommes d’Anthony Braizat ont réussi le match parfait, avant-hier, conclusion d’un deuxième tour brillant et d’une saison d’exception. Yverdon est monté en puissance durant tout le championnat. Après des débuts hésitants, les Nord-Vaudois, alors dirigés par Philippe Perret, ont fini le premier tour très fort, engrangeant cinq succès consécutifs qui leur ont permis d’occuper la première place à la trêve. Ce printemps, l’équipe a joué sa meilleure partition, prenant le large en tête du groupe 1 de 1re ligue, pour arriver confiant et frais pour les finales. Il aura fallu 90 minutes et des poussières à YS pour y entrer totalement, et devenir inarrêtable.

«A Soleure (ndlr : défaite 2-1), on s’est fait peur car on n’a pas marqué, alors qu’on avait eu des occasions. Le but de Dia dans les arrêts de jeu a été primordial», commentait Anthonay Braizat. L’entraîneur, arrivé à la fin mars, a réussi à faire passer son message d’abnégation, de volonté et de caractère. Offensive, talentueuse et sympathique, cette équipe d’Yverdon Sport fait un magnifique promu.

 

«Les choses intéressants vont commencer !»

 

©ChampiLa réaction de l’entraîneur Anthony Braizat : «Je suis avant tout heureux pour les joueurs, le président et tous ceux qui travaillent bénévolement au club, ainsi que le public, avec qui on partage ces moments de joie. C’est pour eux que je fais ce travail. Yverdon Sport n’a rien à faire en 1re ligue, l’équipe a été crescendo cette saison et je n’oublie pas le travail que Philippe Perret a réalisé avant moi. J’ai pu compter sur un groupe de bons gars, auxquels j’ai essayé de donner une unité dans le jeu, tout en améliorant la récupération et en insistant sur la gestion des émotions durant ces finales. Mes joueurs ont su se faire violence, faire ce qu’on aime moins d’habitude. On a réalisé le plus facile, à présent, les choses intéressantes vont commencer ! Je suis ravi que Stade-Lausanne monte aussi, c’est bien pour le foot vaudois.»

 

«Une équipe qui sait s’adapter»

 

©ChampiLa réaction du défenseur central Adriano De Pierro, qui a manqué le début des finales à cause d’une blessure à une hanche et est entré en fin de rencontre face à Gossau : «Ça n’a pas été évident d’être spectateur durant la majeure partie de ces finales, mais on a une équipe qui sait très bien s’adapter à toutes les situations. On l’a prouvé à plusieurs reprises cette saison, on avait toujours des solutions dans un championnat d’un niveau très intéressant. On a su augmenter le nôtre dans les moments décisifs.»

 

Anthony Braizat poursuit l’aventure avec YS

 

A la fin du match, Anthony Braizat assurait qu’à 98%, il serait encore Yverdonnois la saison suivante. A quelques mètres de là, le président Mario Di Pietrantonio était encore plus optimiste, annonçant que le technicien français poursuivrait à 99%. Il ne manquait pas grand-chose pour que les deux parties se mettent d’accord, ce qui a été fait dans les heures qui ont suivi la rencontre.

Le meneur d’hommes trouvé, Yverdon Sport doit désormais bâtir un contingent pour tenir le choc au niveau supérieur. Selon toute vraisemblance, les deux-tiers de l’effectif actuel, dont la très grande majorité des titulaires du second tour, seront encore au Stade Municipal à la reprise. «Et je ne veux plus jamais vivre des finales, c’est trop dur, lançait, à la fois euphorique et soulagé, quelques instants après le coup de sifflet final Mario Di Pietrantonio. On ne va, du coup, pas redescendre, c’est sûr !»

Ambitieux, le président a «déjà la saison suivante en tête» et prépare «une équipe pour jouer les trois premières places en Promotion League». Son staff technique a déjà pris les devants depuis plusieurs semaines. Les discussions ont cours avec des joueurs évoluant à des échelons supérieurs. Les choses devraient se décanter dans les jours à venir.

 

Yverdon Sport – Gossau 4-0 (3-0) – aller : 3-2

 

Buts : 5e Rushenguziminega 1-0 ; 6e Moussilou 2-0 ; 31e Rushenguziminega 3-0 ; 88e Gauthier 4-0

Yverdon : Brenet ; Reis, Rossé, Dia (72e De Pierro), Cazzaniga ; Chappuis, Gudit, Rushenguziminega (64e Lusuena); Eleouet (59e Gauthier), Moussilou, Deschenaux. Entraîneur : Anthony Braizat.

Gossau : Geisser ; Gelmi, Van der Werff, Ranislavljevic, Grin ; Bischofberger, Steiger, Kouamé, Hämmerli (66e Stieger); Meresi (75e Schmid), Lo Re. Entraîneur : Giuseppe Gambino

Notes : Stade Municipal, 1014 spectateurs. Arbitrage de Simon Roth, qui avertit Rushenguziminega (24e, jeu dur), Grin (44e, jeu dur), Bischofberger (81e, jeu dur), Schmid (83e, jeu dur). Tir sur la latte : Gudit (1re). Tir sur le poteau : Gudit (86e).

Enregistrer

L’article Yverdon Sport au septième ciel est apparu en premier sur La Région.

10 juin 2017

Yverdon Sport l’a fait!

Yverdon Sport est de retour en Promotion League! Quatre ans après avoir quitté la 3e division du football suisse, les Yverdonnois ont fêté la promotion sans même trembler une seconde, en cette fin d’après-midi au Stade Municipal.

Après six minutes de jeu, Rushenguziminega et Moussilou avaient déjà classé l’affaire (2-0), l’un et l’autre se rendant la politesse à une minute d’intervalle. Battu 4-0, Gossau n’a pas existé, lors de ce match retour du dernier stade des finales de promotion. Avec trois longueurs de retard à la mi-temps déjà, les Saint-Gallois devaient marquer quatre fois (il y avait eu 3-2 pour YS à l’aller) pour espérer quoique ce soit. Une mission impossible face à cet Yverdon-là.

C’est devant une affluence de 1014 spectateurs que la formation dirigée par Anthony Braizat a validé sa promotion avec autorité. Ce printemps, les Nord-Vaudois n’ont pas eu d’adversaire à leur mesure. Encore moins durant ces finales, même si Soleure a fait illusion chez lui, en s’imposant 2-1 lors du match aller du tour initial des finales. L’équipe, construite autour d’un noyau de joueurs régionaux et de quelques renforts venus des ligues supérieurs, a répondu présent dans les moments importants. Déjà en tête à la trêve, alors dirigé par Philippe Perret, Yverdon Sport a encore haussé d’un ton pris le large au second tour.

Virevoltants en début de match, comme souhaité par leur entraîneur, les Yverdonnois ont parfaitement géré la suite de la rencontre. Rushenguziminega, omniprésent, a inscrit le 3-0 à la demi-heure de jeu, tandis que Gauthier a scellé le score en toute fin de partie. L’épilogue d’un match parfait, d’un printemps brillant, d’une saison exceptionnelle.

Réactions dans notre édition de lundi.

 

Yverdon Sport – Gossau 4-0 (3-0)

Buts: 5e Rushenguziminega 1-0; 6e Moussilou 2-0; 31e Rushenguziminega 3-0; 88e Gauthier 4-0.

Yverdon: Brenet; Reis, Rossé, Dia (72e De Pierro), Cazzaniga; Chappuis, Gudit, Rushenguziminega (64e Lusuena); Eleouet (59e Gauthier), Moussilou, Deschenaux. Entraîneur: Anthony Braizat.

Gossau: Geisser; Gelmi, Van der Werff, Ranislavljevic, Grin; Bischofberger, Steiger, Kouamé, Hämmerli (66e Stieger); Meresi (75e Schmid), Lo Re. Entraîneur: Giuseppe Gambino.

Notes: Stade Municipal, 1014 spectateurs. Arbitrage de Simon Roth, qui avertit Rushenguziminega (24e, jeu dur), Grin (44e, jeu dur), Bischofberger (81e, jeu dur), Schmid (83e, jeu dur).

L’article Yverdon Sport l’a fait! est apparu en premier sur La Région.

09 juin 2017

Les gens du voyage sont de retour en ville

Yverdon-les-Bains – Des gitans se sont établis illégalement avec leur 24 caravanes dans un champ au sud de la Cité thermale, mercredi dernier. Après discussion, la Municipalité les a autorisés à rester jusqu’à dimanche.

Plus d’une vingtaine de caravanes se sont installées au sud du parc scientifique et technologique Y-Parc. Elles devraient quitter les lieux ce dimanche. ©Michel Duperrex

Plus d’une vingtaine de caravanes se sont installées au sud du parc scientifique et technologique Y-Parc. Elles devraient quitter les lieux ce dimanche.

«Qu’est-ce que vous faites là ?» lance, le regard méfiant, un jeune gitan. Nous avons demandé l’autorisation à la Ville, tout est réglé, poursuit-il en observant une petite fille jouer avec un jet d’eau. Arrivés mercredi dernier au sud d’Yverdon-les-Bains, les gens du voyage -ils viennent pour la plupart de Suisse et de France- se sont d’abord installés dans un champ appartenant à un agriculteur yverdonnois, avant que l’Exécutif n’exige qu’ils se déplacent sur le chemin de la Chèvre, qui jouxte le pré.

«Ils se sont installés illégalement, précise Valérie Jaggi Wepf, municipale en charge du dicastère de la police, qui s’est rendue personnellement à leur rencontre. Selon Serge Freymond, premier lieutenant de Police Nord vaudois, les échanges avec les gitans se sont bien déroulés et ils ne se sont pas montrés agressifs. «Ce n’est pas la première fois qu’ils viennent ici», confie-t-il. Et de préciser que Police Nord vaudois effectue «plusieurs patrouilles par jour» à cet endroit.

 

Installation d’un cirque ?

 

«En attendant qu’une place se libère à La Chaux-de-Fonds, cette communauté évangélique a demandé à rester jusqu’au 18 juin prochain sur notre territoire communal. Nous leur avons accordés un délai jusqu’à dimanche, 14 heures», indique la municipale.

Cependant, une incohérence subsiste par rapport aux propos du gitan, puisque, selon ses dires, il s’agirait d’une communauté de forains qui prévoit d’installer «un petit cirque» sur le site, durant trois semaines.

«C’est exclu !, s’exclame Valérie Jaggi Wepf. Ils nous ont donné leur parole. Dimanche, ils procéderont à la messe en fin de matinée et plieront bagage en début d’après-midi.» La Municipalité leur a fourni de l’eau et une benne pour les détritus. Chaque caravane doit payer une taxe de séjour de 10 francs par jour.

 

Une évacuation envisagée

 

«C’est dommage, affirme, dépité, Jacques Pellaux, agriculteur et propriétaire du champ. S’ils se montraient moins arrogants, ils s’attireraient moins les foudres de la société. Heureusement, ils ne sont que de passage.»

En cas de refus de quitter les lieux, les gitans devront être évacués par les forces de police. «A l’heure du départ, tout doit être rendu propre, conclut Serge Freymond.

Enregistrer

Enregistrer

L’article Les gens du voyage sont de retour en ville est apparu en premier sur La Région.

09 juin 2017

Visiter la ville de façon originale et écolo

Yverdon-les-Bains – Trop onéreuses, les balades touristiques en train, qui avait été lancées l’été dernier, seront remplacées par des parcours en triporteurs électriques. La Municipalité a acheté trois vélos pour promener les visiteurs.

Les visites d’Yverdon-les-Bains à bord du train touristique, inaugurées l’an dernier, ne seront par reconduites cet été. ©Alkabes-a

Les visites d’Yverdon-les-Bains à bord du train touristique, inaugurées l’an dernier, ne seront par reconduites cet été.

Chaque année durant la période estivale, la Commune d’Yverdon-les-Bains propose des offres touristiques, afin de permettre aux visiteurs de découvrir les points d’intérêts de la ville, comme le Castrum, les menhirs ou encore le débarcadère. L’année passée, la Municipalité avait testé un petit train, qui effectuait des balades d’environ une heure (lire La Région Nord vaudois du 14 juillet 2016). Mais, malgré le succès rencontré, elle n’a pas souhaité renouveler l’expérience.

Selon la directrice régionale du tourisme, Dominique Faesh, cette décision est due à deux éléments : tout d’abord, cette activité est trop coûteuse sur le long terme, notamment en cas d’achat d’une telle machine ; Ensuite, le concept ne correspond pas au label «Cité de l’énergie », que la Ville arbore depuis 2010.

 

En cours de finalisation

 

La Municipalité a acheté trois triporteurs électriques, d’un modèle CityCruiser 2, à la société bernoise Rikschataxi, disponibles d’ici début juillet. ©Rikschataxi.ch

La Municipalité a acheté trois triporteurs électriques, d’un modèle CityCruiser 2, à la société bernoise Rikschataxi, disponibles d’ici début juillet.

Du côté de la Commune, personne ne souhaite vendre la mèche pour l’instant. «Nous considérons qu’il est encore trop tôt pour divulguer des informations sur ce projet, car il y a encore des éléments à mettre en place, commente le syndic Jean-Daniel Carrard. Nous communiquerons fin juin ou début juillet.» Une chose a, toutefois, été confirmée : après Paris, Berlin, Londres ou encore New York, la Cité thermale aura, elle aussi, ses propres triporteurs touristiques. Pour coller à son étiquette de «Cité de l’énergie», la Municipalité a donc opté pour trois CityCruiser 2 de l’entreprise bernoise Rikschataxi. Il s’agit d’un modèle de vélo à trois roues, surmonté d’une cabine en PET recyclable, et agrémenté d’une assistance électrique -avec une batterie de 48 V et un moteur de 250 W.

Le projet est soutenu financièrement par le Service des énergies de la Ville et par le programme Agenda21. L’Office du tourisme a, quant à lui, été mandaté, il y a environ un mois, pour déterminer deux parcours touristiques de 30 minutes chacun. Pour l’instant, rien n’a encore été défini, ni la publicité qui sera installée sur la coque des vélos, ni le prix de la course, ni les étapes de celle-ci.

Pour que les touristes puissent visiter la ville sans faire d’effort, il faudra bien des pilotes. La Commune et l’Office du tourisme sont donc à la recherche de personnes pour pédaler et commenter, contre rémunération, les différents sites de la ville.

Pour les pilotes intéressés, contactez Laetitia Jobin, au 024 423 60 84.

L’article Visiter la ville de façon originale et écolo est apparu en premier sur La Région.

09 juin 2017

Yverdon Sport met un premier crampon en Promotion League

Football – Finales de 1re ligue – Trois réussites marquées sur le terrain de Gossau, dont une dernière inscrite à la 93e par Arthur Deschenaux (victoire 3-2), placent YS en position favorable avant l’ultime rencontre de la saison, demain au Stade Municipal, synonyme, peut-être, d’ascension.

En position favorable, YS doit finir le travail demain. ©Champi

En position favorable, YS doit finir le travail demain.

«On a fait 20% du travail, pas plus», a commencé par dire le coach Anthony Braizat. Son équipe s’est pourtant imposée 3-2 à Gossau, mercredi, lors du match aller du dernier tour des finales, en faisait preuve d’une belle maîtrise de l’événement. Mais Yverdon Sport a concédé ses deux buts en à peine plus de cinq minutes (69e et 75e), relançant, d’une part, complètement l’intérêt de cette double confrontation et, d’autre part, prouvant que le moindre relâchement peut s’avérer fatal. Si YS joue avec la même sérénité qui fut la sienne durant la première heure de jeu avant-hier, alors il poussera définitivement les portes de la Promotion League, qu’il a déjà entrouvertes. Dans le cas contraire, les Yverdonnois doivent se préparer à connaître l’enfer qu’ils ont fait vivre à Soleure samedi dernier. Car Gossau, forcé de marquer au moins deux fois, n’a plus rien à perdre.

 

Intouchables, ou presque

 

Les Nord-Vaudois, s’ils ont prouvé être à l’aise à domicile et qu’ils devraient pouvoir compter sur un public au moins aussi nombreux que lors du premier tour des finales, ont surtout démontré que leur titre de meilleure formation de 1re ligue à l’issue de la saison régulière n’était pas usurpé. Pendant plus d’une heure, sur le terrain d’un autre vainqueur de groupe et après près de quatre heures de route, les Verts n’ont pas été inquiétés sérieusement une seule fois par des Saint-Gallois très respectueux. Trop pour véritablement gêner les visiteurs dans leurs certitudes. Comme gagnés par un sentiment d’invulnérabilité, perçu dans leurs rangs à plus d’une reprise en championnat, Florian Gudit et ses coéquipiers ont fait plier leurs adversaires une première fois sur une frappe étincelante du latéral Patrick Cazzaniga (35e), puis une seconde par Quentin Rushenguziminega, qui a résisté au retour des ses cerbères avant de croiser une parfaite frappe ras de terre du gauche dans le petit filet (64e). Facile. Trop pour un match de finales.

 

Pas de regrets

 

«On ne doit pas les prendre, ces buts, pestait Esteban Rossé. Surtout, on doit réagir en marquant nos occasions juste après, à commencer par la mienne.» Un ballon, arrivé directement dans ses pieds, à la suite d’un corner, à une poignée de centimètres de la cage adverse, que le défenseur central n’est pas parvenu à faire franchir la ligne. Pas plus qu’Allan Eleouet qui, après s’être joué quatre fois de toute l’arrière-garde suisse-allemande, a manqué le cadre en position favorable.

Des regrets cependant largement atténués par un homme. Entré en cours de seconde période, l’ange Arthur Deschenaux a intercepté une passe en retrait -qui devrait valoir à elle seule le retrait du FC Gossau de ces finales-, est parti seul au but, a enrhumé le gardien adverse et propulsé le cuir au fond des filets. Le tout à la dernière seconde, puisque l’arbitre a donné le coup de sifflet final dans la foulée. «Au vu de nombre d’occasions, c’est mérité. Mais cela ne change rien : samedi, on doit jouer pour gagner, rien d’autre», prévient Anthony Braizat.

Yverdon Sport est à nonante minutes de retrouver la Promotion League. Et si le message de son coach est bien passé, celles-ci devraient valoir le détour par le Stade Municipal.

 

Gossau – Yverdon Sport 2-3 (0-1)

 

Buts : 35e Cazzaniga 0-1 ; 64e Rushenguziminega 0-2 ; 69e Dia, autogoal 1-2 ; 75e Mihaylov 2-2 ; 93e Deschenaux 2-3.

Gossau : Geisser ; Gelmi, Alder (41e Ranisavlijevic), Van der Werff, Grin ; Steiger, Meresi (86e Ben Belgacem), Kouame ; Mihaylov, Bischofberger (80e Schmid), Lo Re. Entraîneur : Giuseppe Gambino.

Yverdon : Brenet ; Reis, Rossé, Dia, Cazzaniga ; Chappuis, Gudit (77e Gauthier), Lusuena ; Eleouet (78e Gauthier), Rushenguziminega, Khelifi (66e Deschenaux). Entraîneur : Anthony Braizat.

Notes : Buechenwald, 900 spectateurs. Arbitrage de Stefan Horisberger, qui avertit Lusuena (17e, jeu dur), Kouame (25e, jeu dur), Rossé (55e, jeu dur), Mihaylov (79e, jeu dur).

 

L’avant-match
Le point avec les équipes de la région

 

Finales de 1re ligue – 2e tour
Yverdon Sport – Gossau, demain à 17h30 au Stade Municipal.

 

«On n’a pas le droit de dire qu’on est supérieurs à Gossau. On a juste répondu présent là-bas. Demain, ce sera un autre match, où il faudra également répondre présent.» Pas question pour Anthony Braizat, le coach d’YS, de relâcher sa concentration à la vieille du l’ultime défi proposé à son équipe. A cette occasion, De Pierro sera de retour.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’article Yverdon Sport met un premier crampon en Promotion League est apparu en premier sur La Région.